Pénurie d’électricité (2de2). Beaucoup de déclarations, mais il manque souvent l’essentiel.

Les déclarations se sont multipliées récemment à propos du risque de pénurie et de black-out électrique. L’inquiétude est bien sûr justifiée, parce qu’une panne de réseau ne serait pas un évènement anodin. CE2051 avait déjà rendu compte de déclarations précédentes, voir

Black-Out électrique (1de2) : « Ils » ont dit, ou les déclarations peu cohérentes de quelques responsables. https://clubenergie2051.ch/2021/10/29/black-out-electrique-1de2-ils-ont-dit-ou-les-declarations-peu-coherentes-de-quelques-responsables-%ef%bf%bc/

La situation s’est aggravée, il vaut la peine de refaire un survol des déclarations récentes. Constat: ces déclarations passent souvent à côté de l’essentiel, et ne donnent pas les vraies causes de cette situation. Ce qui rend la situation encore plus inquiétante.

Il y a eu d’abord les déclarations du 1er août de Mme Simonetta Sommaruga, Conseillère Fédérale en charge de l’énergie, qui a déclaré en substance :
« Il faut s’inspirer de l’hydraulique, une vraie valeur nationale. Il faut faire avec le solaire et l’éolien ce qu’on a fait avec l’hydraulique… ». Or sa recette tient… de la pensée magique.

https://www.rts.ch/info/suisse/13279178-simonetta-sommaruga-vante-lenergie-hydraulique-a-loccasion-du-1er-aout.html


Ensuite M. Thomas Aeschy, UDC, CN zougois, a déclaré que Mme Sommaruga montrait son incompétence, et celle de son entourage dans ce dossier:  » Il faut qu’elle de dessaisisse de ce dossier et le transmette à son collègue Uli Maurer » a-t-il proposé.

M. Jacques Bourgeois, PLR, CN fribourgeois, a aussitôt contesté cet avis en déclarant que Mme Simonetta n’ y pouvait rien, qu’elle n’était pas responsable du risque de pénurie, dont la cause était à chercher dans la guerre en Ukraine, et les restrictions d’importation de gaz qu’elle provoque, et aussi dans l’insuffisance de l’accord cadre UE-CH qui n’assure pas les importations nécessaires d’électricité de l’UE vers la Suisse. Comme on va le voir ci-dessous, c’est dommage, mais cette explication ne tient pas la route : et pourtant Jacques Bourgeois a été vice-président de la Fédération Romande de l’Énergie (FRE), Fédération dissoute, mais qui, du temps de son activité, avait manifesté beaucoup de compétences dans les questions d’énergie.

https://www.rts.ch/info/suisse/13282831-les-attaques-de-ludc-contre-simonetta-sommaruga-divisent-la-classe-politique.html

Enfin, la grande et bonne surprise, au 12h30 de RTS la 1ère dui 5.08.2022, un politique donne la bonne explication qui n’était pas encore venue. Ce politique c’est le CN Pierre Yves Maillard, PS vaudois.
Il a dit : « …la responsabilité pour la perte de la sécurité d’approvisionnement est à chercher dans le monopole qui a été retiré aux producteurs d’électricité avec l’ouverture du marché. Avant l’ouverture du marché, le monopole assurait la sécurité d’approvisionnement en prévoyant toujours la disponibilité d’une réserve de capacité de production, et en faisant les investissements nécessaires, et à temps. Le marché n’a pas investi dans une capacité de réserve, qui s’est dégradée. Les investissements nécessaires ne pourront pas être réalisés en 3 mois pour cet hiver.

La lucidité de Pierre-Yves Maillard sur les vraies causes de la pénurie d’électricité (le manque de réserve de capacité de production) est une réaction à une proposition toute récente d’EconomieSuisse de réduire la consommation d’énergie dans l’économie par une plus grande flexibilité des horaires de travail, p. ex. le travail de nuit dans certaines branches.
C’est la réaction du politique qui avait vu les risques de l’ouverture du marché et avait réussi, à l’époque, à faire capoter par référendum le 1er projet de loi sur le marché de l’électricité. C’est aussi la réaction du syndicaliste qui doute de l’efficacité de cette mesure, parce qu’elle ne s’attaque pas à la vraie cause. Et puis travailler de nuit, à quoi bon, pour mieux utiliser le solaire ?

https://www.rts.ch/audio-podcast/2022/audio/economiesuisse-veut-reduire-la-consommation-d-electricite-en-assouplissant-les-heures-de-travail-interview-de-pierre-yves-maillard-25842932.html

On peut alors se demander pourquoi EconomieSuisse ne formule-t-elle pas un diagnostic plus conforme à la réalité industrielle et du terrain de la production d’électricité? La branche électrique est-elle déconnectée d’EconomieSuisse ?

Et au fait, la branche, elle ne dit rien ? Il est vrai qu’on ne l’entend pas beaucoup. Il faut dire que la branche est un peu gênée avec la question du monopole. Elle sait que c’était finalement bon pour le consommateur-citoyen, en particulier meilleur que le marché pour maintenir des prix bas et la sécurité d’approvisionnement. Mais la branche a l’impression que défendre le monopole est compris comme défendre un privilège.

Ecoutons Michael Wider, précédent président de l’AES (Assoc. des Entreprises électriques suisses) et Directeur « Energie » d’Alpiq. Il a fait des déclarations claires qui sauvent l’honneur de la branche :

« Or, avec la sortie du nucléaire, nous deviendrons de plus en plus dépendants de l’étranger à un moment où nos voisins risquent de réduire, eux aussi, leur capacité. Une chose est
déjà sûre : tous les pays européens ne pourront pas devenir importateurs d’électricité ».

Autrement dit : la transition énergétique va nous obliger à importer. Mais elle oblige aussi tous les pays de l’UE à importer. Et importer tous en même temps, n’est juste pas possible…Source: Interview dans Bilan du 11-10-2018.

« L’époque actuelle est agitée et montre de façon dramatique ce que nous avons négligé ces dernières années en Suisse», a déclaré Michael Wider lors de l’Assemblée générale de l’AES. En tenant pour acquis qu’elle disposait d’énergie garantie, la Suisse a laissé s’écouler, en toute insouciance, beaucoup de temps, retardant ainsi la transformation du système énergétique et une protection efficace du climat. «Avec les prix de l’énergie qui atteignent en ce moment un niveau record et la guerre en Ukraine, la situation s’est tellement aggravée que nous n’avons pas le droit d’attendre plus longtemps», a exhorté Michael Wider. La gestion de cette situation exceptionnelle est, selon lui, extrêmement exigeante et met à l’épreuve toute la branche. »

Source:  133e Assemblée générale de l’AES,  le 12 mai 2022 à Interlaken, placée sous le signe de la crise énergétique européenne et de ses conséquences pour la sécurité d’approvisionnement en Suisse.
 https://www.strom.ch/fr/actualites/laes-accueille-deux-nouveaux-membres-au-comite-et-distingue-les-meilleurs-diplomes     

Dernière contribution à cette série de déclaration: 24H vient de publier le 6.08.2022 sur sa version en ligne un article qui se veut très fouillé intitulé:

« Analyse sur la pénurie d’énergie : À qui la faute si le gaz et l’électricité se font rares? » https://www.24heures.ch/a-qui-la-faute-si-le-gaz-et-lelectricite-se-font-rares-934765293311?

 Deux points majeurs sont cependant occultés dans cet article : 1) le fait que la sécurité d’approvisionnement en électricité exige en permanence une réserve de capacité de production, comme cela a été développé ci-dessus et 2) la réalité que la Stratégie Energétique 2050 n’est pas réalisable, voir l’article précédent sur ce site : https://clubenergie2051.ch/2022/08/07/penurie-delectricite-1de2-un-element-central-occulte-la-se2050-nest-pas-realisable/

Post-scriptum

À propos de l’idée d’un « général de l’électricité » exprimée au Parlement. L’ancien patron d’ELF fait en France des déclarations percutantes, dont on n’a pas eu l’équivalent en Suisse: la vidéo de son interview sur TVL du 25 juillet 2022 mérite le détour:

Politique & Eco n°353 avec Loïk Le Floch-Prigent – YouTube

Lien: https://www.youtube.com/watch?v=HieAIvP_gog

JFD / 7.08.2022

Cet article, publié dans Non-catégorisé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Pénurie d’électricité (2de2). Beaucoup de déclarations, mais il manque souvent l’essentiel.

  1. Jean-François Cavin dit :

    La situation est grave. Et le Conseil fédéral en endosse largement la responsabilité; non seulement la faiblarde Simonnetta, mais surtout Doris Leuthard, une star à l’époque, mais qui nous a aiguillé vers une impasse. Puissent vos appels être entendus.

  2. Durussel André dit :

    Excellents articles 1 et 2 concernant le risque réel de pénurie d’électricité. En effet, cette Stratégie SE 2050 était plutôt une …idéologie, par rapport à la stratégie précédente (GEK) qui tient toujours la route. Merci aussi à Michael Wider (Alpiq) d’avoir exprimé dans un langage clair pour le grand public la situation actuelle sur le marché de l’électricité, sans tomber dans une sinistrose ou du « tout éolien » qui montre actuellement ses limites en France et en Allemagne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s