Le projet Volteface de l’UNIL: endoctrinement énergétique, transitoire j’espère.

Nous publions avec son autorisation cet autre billet de Michel de Rougemont, qui concerne la Transition énergétique, nom donné aussi à la Stratégie énergétique 2050 (SE 2050) de la Confédération. Billet publié sur son blog  http://blog.mr-int.ch/?p=1677&lang=fr .

L’université de Lausanne lance un nouveau projet, appelé Volteface en relation avec cette SE 2050. M. de Rougemont a écouté avec attention une interview donnée dans l’émission Tribu de RTS La 1ère le 21 janvier 2015, Mme Nelly Niwa, cheffe du projet. Il est surpris de ce qu’il a attendu sur la démarche de ce projet universitaire: après la transition et la stratégie, il semble que l’UNIL envisage l’endoctrinement. Pas moins. ClubEnergie 2051 a suivi les premières manifestations publiques et reviendra sur ce projet Volteface. Voilà les impressions de Michel de Rougemont, qui nous dit son malaise.

Endoctrinement énergétique, transitoire j’espère.

Par Michel de Rougemont, 8 février 2015.

À l’Université de Lausanne un projet appelé VolteFace a été lancé associant des chercheurs de toutes les facultés et les citoyens (?!?).
Il est introduit ainsi par sa cheftaine[1] Nelly Niwa, de l’Unité « Durabilité et campus » (sic) de cette université :
La transition énergétique consiste à consommer moins 8 février 2015de ressources fossiles, à miser sur le renouvelable et à utiliser moins d’énergie, tout en maintenant une bonne qualité de vie. Cette idée ne se concrétise pourtant pas dans le réel. Pourquoi?
Dans le but de trouver des réponses, l’UNIL et Romande Énergie viennent de lancer «Volteface». «Nous allons nous concentrer sur les aspects sociaux, légaux, économiques et culturels de cette question, encore peu explorés. Contrairement au volet technologique, déjà bien traité»
.

En prémisse à une grand-messe qui s’est tenue le 2 février elle a présenté ce projet dans un entretien à la radio Suisse romande dans son émission Tribu du 21 janvier 2015.
On peut l’écouter sous : http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/tribu/6436125-tribu-du-21-01-2015.html

Le résultat est édifiant, effrayant aussi.

On est dans une technique de désinformation ou de propagande très bien rodée.

  • Pas de mise en cause des prémisses.
    La question primordiale du pourquoi n’est plus posée.
    Le problème est situé chez les gens qui n’ont pas encore compris et les obstacles à enlever sur le chemin, qui, lui, est de toute manière juste en soi (comment avancer vers le socialisme ? en faisant un grand bond en avant).
  • Le journaliste joue bien le faire valoir : il cite des critiques et les offre à son interlocutrice comme piste non de réfutation mais de renforcement de ses explications.
  • Les bons points sont accordés, les comportements déviants relèvent de l’incompréhension (Japon redémarrant le nucléaire)
  • Les anecdotes (associations, spontanéité) sont utilisées pour démontrer qu’il y a un mouvement de fond.
  • On en est encore à se désoler pour celui qui n’a pas compris, on n’en est pas encore à le désigner comme un criminel (ça viendra).
  • Les concepts techniques sont déclarés trop abstraits pour être abordables, il faut donc agir dans le socio-psycho.
  • Long terme – court terme : mettre en avant des problèmes actuels plus concrets (p.ex. particules fines), même s’ils n’ont rien à voir avec le sujet. Ce type d’amalgame donnera du sens à l’action.
  • Contradictions inhérentes aux individus : à dépasser (ça c’est vieux comme les révolutions)
  • Traiter l’incertitude par la conviction plutôt que par l’humilité.
  • Gouvernance (nouveau lexique : autre chose que les institutions actuelles) : à instaurer pour fédérer au plus haut niveau.
  • Annoncer un débat ouvert, alors que 300 personnes ne débattront de rien (impossibilité spatio-émotiono-temporelle).
    Il est donc vraisemblablement noyauté d’avance (à moins que 500 personnes n’y aillent ayant un avis clair que c’est la question du pourquoi qui doit être traitée, et qu’elle requière des compétences).

Que voici tout un programme d’éducation des masses, pouvant se résumer ainsi :

Tintin Lotus Bleu 57a (Copy)Le Lotus bleu a été publié en 1938. Admirable prémonition de Hergé.

Mémoire de vieux birne.

En 1968 j’étais, sans savoir pourquoi, le délégué de ma volée en génie chimique à l’EPUL. Une loi sur les EPF était en préparation à Berne (elle allait sceller la fédéralisation de l’école en EPFL). Bien sûr elle n’envisageait pas de participation de représentants étudiants aux Conseil des écoles et autres institutions de contrôle. Avec bonhomie vaudoise personne à Lausanne ne s’en était vraiment soucié, sauf un tout petit peu les gauchistes locaux, peu nombreux. On se réjouissait surtout d’un futur statut fédéral.

Mais à Zurich les mouvements protestataires avaient plus d’ampleur et surtout une organisation exemplaire. Ils vinrent remonter les bretelles des gauchistes lausannois. Il s’ensuit une grande réunion type « Assemblée Générale », pour « débattre » du sujet. Les soixante-huitards avaient instauré cela à la Sorbonne quelques mois avant.

Je m’y rendis avec la naïve impression que l’on allait essayer de comprendre de quoi il retournait et des options qui s’ouvraient.

Ça ne se passa pas ainsi.

Deux escogriffes suisse-allemands, parlant très bien le français malgré un fort accent, dominèrent l’assemblée, décrivant tous les maux qu’allait créer cette loi et exigeant de pouvoir participer à son élaboration. Aucune discussion sur le fond, ni sur les buts, seules les modalités de mise en route étaient présentées. Après un peu plus d’une heure il fallait terminer la réunion, car nous devions, sagement, aller aux cours ou aux labos. Il fut alors proposé une déclaration solennelle au nom des étudiants qui devait être adoptée à l’unanimité. Étant naïf et n’ayant honnêtement pas d’opinion sur le sujet je votais l’abstention en levant la main au moment indiqué. Je fus le seul sur une cinquantaine de participants, il n’y eu pas de vote contre, …et la déclaration fut publiée en prétendant avoir été prise à l’unanimité.

Volte Face me donne l’impression d’être du même acabit, professionnalisme et subventions accordées en plus.

On peut espérer que l’apéritif qui a suivi la grand-messe n’ait pas été accompagné de petits fours trop caloriques.

[1] Lorsque j’étais aux Louveteaux, stade gamin des boy-scouts, les responsables étaient des demoiselles appelées cheftaines. À mon avis ça sonne bien mieux que « cheffe » et ça rappelle des souvenirs positifs à propos de l’autorité naturelle féminine.

Source: blog de Michel de Rougemont http://blog.mr-int.ch/?p=1677&lang=fr

Cet article a été publié dans Politique, Technologies documentation. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le projet Volteface de l’UNIL: endoctrinement énergétique, transitoire j’espère.

  1. La Revue Historique Vaudoise RHV vient de publier un dossier (No 124, déc. 2016, Edit. Antipodes) consacré à l’histoire des énergies fossiles dans le Canton de Vaud. J’ai insisté pour que l’on traite aussi l’histoire de l’énergie nucléaire, même de courte durée de vie, avec la réalisation de Lucens, première Centrale nucléaire expérimentale. Or, le sujet a été complètement occulté, mais l’auteur (M.Gérard Duc) s’étend en revanche sur les mouvements anti-nucléaires de cette époque (1970) à Genève avec le projet de Verbois. Voilà comme l’on écrit aujourd’hui l’histoire ! Mais ce n’est pas surprenant lorsque l’on sait que M. Piergiuseppe Esposito, doctorant en histoire contemporaine à l’UNIL et coordinateur de ce dossier, est aussi actif (mais pas radioactif) dans le projet Volteface…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s