Comment gérer 50 GW sur notre réseau électrique national ?

Dans ses pages News et communiqués de presse, l’Association des entreprises électriques suisses (AES-VSE) a posé un jour la judicieuse question de savoir de quel réseau électrique nous aurons besoin à l’avenir :

https://www.strom.ch/fr/actualites/quel-reseau-electrique-pour-lavenir

Une petite phrase a retenu toute notre attention :

« … la charge maximale dans le réseau suisse est d’environ 10 GW. Avec le développement du photovoltaïque, elle pourrait atteindre 50 GW … ».

Lire la suite

Publié dans Distribution d'électricité, Electricité, Production d'électricité, Stockage d'électricité | Tagué , , , , , , | 3 commentaires

L’érudit et l’Administration

Il était une fois… Non, ce n’est pas un conte, c’est une petite fable. Et ce n’est pas de la fiction. L’érudit s’appelle Jacques Deferne. Il a rédigé un texte « L’homme et l’énergie » dans lequel il s’appuie sur ses connaissances pour dire l’essentiel de ce qu’il a compris. En particulier, il constate sur les questions énergétiques la réalité de nombreuses contraintes techniques et économiques à prendre en compte : on ne peut pas agir simplement selon ses préférences politiques ou morales. L’Administration c’est Energie Suisse, à savoir l’OFEN (l’Office fédéral de l’énergie) à qui il a transmis son texte en disant sa préoccupation à l’égard de la politique énergétique fédérale : elle ne semble pas tenir compte suffisamment de ces contraintes réelles. La réponse de l’Administration n’est pas à la hauteur des réflexions de Jacques Deferne.

Lire la suite
Publié dans Non-catégorisé | Tagué , , , , | 3 commentaires

La Société suisse de physique (SSP) lance une nouvelle série : SPS Focus

Le premier numéro de cette série SPS Focus  de 35 pages (en anglais) vient d’être publié  en juillet 2021 par la Société suisse de physique (SSP). On peut maintenant décharger ce fascicule sur le site :

https://www.sps.ch/artikel/sps-focus/sps-focus-1

La table des matières contient trois chapitres :

  • Les nouveaux concepts de réacteurs nucléaires, comme atout indispensable dans la perspective d’un mix électrique décarboné (par Wolfgang Kröger)
  • Les systèmes de réacteurs nucléaires basés sur le thorium permettant une production d’électricité nucléaire avec une réduction massive des résidus nucléaires (par Maurice Bourquin)
  • ITER, le réacteur thermonucléaire expérimental, comme étape essentielle en vue d’exploiter l’énergie de fusion nucléaire (par Laurie Porte, EPFL-SPC)

Le document est complété par une page de glossaire fort utile reprenant les termes et acronymes rencontrés dans ces articles.

«Pour atteindre les buts climatiques prévus au milieu de ce siècle nous aurons besoin d’une série de nouvelles technologies énergétiques à « zéro carbone » incluant des réacteurs nucléaires avancés pour fournir électricité et chaleur industrielle.»

 

Publié dans Articles de presse, Electricité, Energie et combustibles nucléaires, Production d'électricité | Laisser un commentaire

Nucléaire : son utilité, voire sa nécessité, et sa maîtrise des risques de mieux en mieux reconnues. Mais l’opposition reste dogmatique et idéologique.

Plusieurs analyses ont été publiées récemment sur le nucléaire. Constat, si des avis négatifs continuent à être publiés, des analyses, solidement argumentées, se sont multipliées pour souligner deux points essentiels : que le besoin de centrales nucléaires augmente pour des raisons de sécurité d’approvisionnement et que la maîtrise des risques d’accidents de réacteurs et des déchets sont en fait des points forts du nucléaire. Tentative de faire un point de situation.

Lire la suite
Publié dans Non-catégorisé | 7 commentaires

« Les ingénieurs bâtissent notre avenir, pas les bureaucrates », une interview de Loïk Le Floch-Prigent

***

Le ClubEnergie2051 a reçu de The European Scientist l’autorisation de reprendre l’une ou l’autre de ses publications pouvant vous intéresser, chers lecteurs, du moins les premiers paragraphes, pour vous inciter à lire la suite sur son site Internet.

Nous reprenons ici le début d’un article publié le 13 juillet 2021 par European Scientist

***

À la fois ingénieur, dirigeant d’entreprise et auteur de plusieurs ouvrages, Loïk Le Floch-Prigent a accepté de répondre aux questions de Europeanscientist sur la politique scientifique européenne : rôle des ingénieurs, planisme bruxellois, fuite des cerveaux, transition énergétique, Covid et déclin cognitif… il aborde sans concession ces questions qui façonnent notre actualité et apparaissent comme autant de défis pour l’avenir du vieux continent. 

TheEuropeanScientist : Ayant dit des ingénieurs qu’ils sont les « intellectuels de l’agir technologique », le physicien Étienne Klein regrette qu’on ne les entende quasiment jamais s’exprimer dans les médias. Qu’en pense l’ingénieur de formation que vous êtes ?

Loïk Le Floch-Prigent : Les ingénieurs sont dans l’action, dans la recherche d’efficacité et de résultats, les médias communiquent essentiellement sur les intentions, les prévisions. Il y a beaucoup de déni de réalité dans les présentations actuelles et l’ingénieur est celui qui met le doigt là où cela fait mal, on ne favorise donc pas son expression. Dans le débat énergétique, par exemple, on considère que le stockage électrique est simplement un problème qui verra rapidement sa solution et l’ingénieur vient rappeler que les électrons en mouvement ne se stockent pas : il ennuie ainsi aussi bien le journaliste que l’auditeur, les deux ont envie qu’on ne leur enlève pas leurs rêves. À chaque fois qu’un ingénieur parle, il faut donc qu’il commence par la base de la démarche scientifique, l’observation de la réalité, et qu’il le fasse avec pédagogie pour ne pas repousser l’interlocuteur. L’auditoire n’est pas préparé à entendre ce que nous pouvons lui dire, il faut en tenir compte. …

Lire la suite

Publié dans Articles de presse | Laisser un commentaire

Un communiqué de presse percutant

Nos collègues du Club Energie Suisse – Energie Club Schweiz – Club Energia Svizzera ont publié ce communiqué de presse suite au rejet de la nouvelle loi sur le CO2 ce 13 juin 2021.

En voici une traduction pour nos lecteurs francophones :

Communiqué de presse

Le Non à la loi sur le CO2 permet un nouveau départ

Berne, le 13 juin 2021 En rejetant la loi sur le CO2, les Suisses ont fait preuve de clairvoyance. Le Peuple suisse veut une protection efficace du climat sans interdictions, sans réglementations bureaucratiques ni redistribution injuste. Le rejet ouvre la voie à un nouveau départ en matière de politique énergétique qui met l’accent tout autant sur la protection du climat que sur la sécurité d’approvisionnement. Ce qu’il faut, c’est une loi fédérale pour un approvisionnement énergétique sûr et neutre du point de vue climatique.

En rejetant la loi sur le CO2, le Peuple suisse a montré au Conseil fédéral et au Parlement le carton rouge pour leur politique climatique et énergétique qui dérape de plus en plus. Les électeurs ne sont manifestement plus disposés à suivre les autorités dans l’impasse énergétique. Concrètement, les coûts toujours plus élevés, les réglementations, la redistribution injuste et les subventions dommageables, d’une part, et l’approvisionnement en électricité de plus en plus incertain sans protection efficace du climat, d’autre part, ne sont plus appréciés.

Le « non » à la loi sur le CO2 permet de repartir de zéro. Une protection efficace du climat et un approvisionnement électrique sûr et durable sont possibles en même temps. Le climat, l’énergie et l’électricité sont étroitement liés. C’est pourquoi le Conseil fédéral doit maintenant présenter une « loi fédérale sur un approvisionnement énergétique sûr et neutre du point de vue climatique ». Les principes suivants caractérisent cette loi :

  • la loi doit supprimer les subventions aux énergies renouvelables ;
  • la loi doit accorder la plus haute priorité au développement de l’énergie hydraulique ;
  • la loi doit lever l’interdiction de nouvelles centrales nucléaires ;
  • la loi doit fixer un prix pour les émissions de CO2, quelle qu’en soit la source ;
  • la loi doit fixer l’objectif d’un « approvisionnent énergétique neutre du point de vue climatique d’ici 2050 ».

Pour cela, les structures nécessaires, étatiques et privées, sont nécessaires, avec lesquelles l’approvisionnement électrique puisse être assurée à long terme pour la Suisse. Cette garantie est un service public pour lequel la responsabilité institutionnelle doit être réglée de manière claire et contraignante.

Il n’y a pas besoin d’interdictions, de réglementations, de redistribution ou de subventions. Il faut des objectifs clairs et des moyens pour atteindre ces objectifs.

Les problèmes vont se multiplier dans les années à venir. La sécurité d’approvisionnement en électricité est un enjeu sérieux. Dans le même temps, la Suisse doit contribuer à la lutte mondiale contre le changement climatique induit par l’homme. Pour garantir à la fois la protection du climat et la sécurité de l’approvisionnement, il faut, d’une part, détricoter le méli-mélo législatif actuel et, d’autre part, intégrer de façon ordonnée les principes énoncés ci-dessus dans une nouvelle loi. Le « non » intelligent des Suisses à la loi sur le CO2 rend ce nouveau départ possible.

Contact : Vanessa Meury, Présidente, +41 76 589 68 92, info@energieclub.ch

Energie Club Schweiz – Club Energie Suisse – Club Energia Svizzera

Christoffelgasse 3

CH-3011 Bern

info@energieclub.ch

Publié dans Articles de presse, Climat, Politique | Laisser un commentaire

Mais pourquoi la Confédération n’a-t-elle pas voulu établir un catalogue des mesures de techniques énergétiques qui peuvent réduire les émissions de CO2 ?

Un postulat a été déposé le 26.09.2007 par le Conseiller national André Reymond au Parlement qui demandait à la Confédération d’établir un catalogue des mesures permettant de réduire les émissions de CO2.

Lire la suite
Publié dans Non-catégorisé | 3 commentaires

La société ouverte et ses nouveaux ennemis

Par Michael Esfeld, professeur de philosophie, Université de Lausanne

Nous publions avec son accord et en le remerciant , un texte de Michael Esfeld, professeur de philosophie des sciences à l’UNIL. Ce texte a été publié une première fois le 1-04-2021 dans la NZZ. Il a ensuite été révisé et augmenté pour publication :

  1. sur le site de l’Institut Libéral : https://www.libinst.ch/?i=die-offene-gesellschaft-und-ihre-neuen-feinde–fr
  2. et dans le European Scientist : https://www.europeanscientist.com/fr/non-classifiee/la-societe-ouverte-et-ses-nouveaux-ennemis/

Dans un article précédent nous avions évoqué une dimension antihumaniste de l’écologie politique : https://clubenergie2051.ch/2019/05/11/lecologie-politique-des-critiques-severes/

Michael Esfeld va beaucoup plus loin : il montre que nous avons cru que les totalitarismes du siècle passé (nazisme, communisme…) avaient disparu avec la fin de la 2e guerre mondiale et la chute du mur à Berlin. Ce qui préservait principalement notre statut « d’hommes libres » était, en Occident, une agglomération d’États démocratiques fondés sur l’état de droit. Réveil brutal en 2021: selon Esfeld un nouveau totalitarisme émerge et menace « l’homme libre ». Ce nouveau totalitarisme est un conditionnement moral orienté vers la réalisation d’un prétendu bien absolu, sans qu’aucune limite ne soit fixée par la dignité humaine et les droits fondamentaux. Exemples de ce « bien absolu » :

« le climat » selon la vision que propagent ses activistes,

« la santé publique » dans le contexte des mesures d’urgences et des pleins pouvoirs accordés aux États,

et nous ajoutons « la nature », dans la vision de l’idéologie de l’écologie politique selon laquelle l’homme est d’abord un prédateur qui doit s’effacer devant une nature parfaite.

Lire l’article:

Lire la suite
Publié dans Non-catégorisé | Tagué | Laisser un commentaire

Un arrêt du TF basé sur une méconnaissance de ce qu’est une source d’énergie aléatoire non pilotable comme l’est l’éolien

Le TF a rendu un arrêt le 18 mars 2021, publié le 20 avril, sur le Parc éolien de Ste-Croix.

On y lit une ineptie incroyable pour des juges censés s’être informés avant de rendre leur jugement.

En effet, l’extrait ci-dessus encadré du paragraphe 8.4.3 montre que les juges ne savent pas ce qu’est une source d’énergie aléatoire et ce qu’est une source d’énergie pilotable. Ainsi ils se basent sur la définition de la flexibilité d’une source pilotable pour l’appliquer à l’éolien qui est par principe non prévisible et donc non pilotable. C’est un argument technique que la cour met en avant à partir de documents corrects du DETEC, mais appliqués à tort et menant ici à une absurdité.

On peut douter du fondement sérieux de ce jugement qui se base sur une telle incompréhension d’une question technique de base.

Publié dans Documents remarquables, Energie éolienne, Législations | 1 commentaire

10 ans après Fukushima : des analyses positives sur le nucléaire émergent.

Bien sûr, les 10 ans de Fukushima ont été l’occasion pour les anti-nucléaires de se faire entendre. Leur anti-nucléarisme aveugle ne s’est pas renouvelé, il met toujours les mêmes arguments en avant. Fait réjouissant : les analyses réalistes du nucléaire supportent très bien l’épreuve des ans.

Survol de quelques publications marquantes et des principaux arguments.

Lire la suite
Publié dans Non-catégorisé | 2 commentaires