En Allemagne, le montant du prélèvement EEG 2016 est publié : hausse de 3 %

L’Office franco-allemand pour les énergies renouvelables a communiqué ceci le 19 octobre 2015 :

Le 15 octobre 2015, les gestionnaires des réseaux de transport allemands (GRT) 50Hertz, Amprion, TenneT et TransnetBW ont publié la prévision 2016 du montant du prélèvement EEG (l’équivalent de notre RPC en Suisse). Cette prévision se base, entre autres, sur une estimation de l’électricité issue d’énergies renouvelables et rémunérée selon la loi EEG, qui sera injectée sur le réseau en 2016. Les gestionnaires des réseaux de transport, s’appuyant sur des expertises indépendantes (en allemand), estiment le prélèvement total à 22.88 milliards d’euros. Celui-ci correspond aux montants versés aux exploitants d’installations renouvelables déduit des recettes estimées en bourse, tout en prenant en compte le solde actuel du compte EEG et celui de la réserve de liquidité.

Voici l’évolution passée et future des rétributions versées aux auto-producteurs (en milliards d’euros :

2013 : 18.527 2014 : 20.014 2015 : 22.674 2016 : 23.712 2017 : 25.384

 

… Par conséquent, le prélèvement EEG, payé par les consommateurs finaux pour chaque kWh, augmenterait de quelque 3%, passant de 6.17 ct/kWh en 2015 à 6.354 ct/kWh en 2016. Il sera payé par les ménages, le secteur tertiaire (y compris le commerce) et par l’industrie (sauf quelques notables exceptions…), à raison d’un tiers pour chacune de ces catégories. Le pronostic fourni se base sur l’hypothèse d’une hausse de l’électricité injectée issue d’énergies renouvelables, de 161 TWh en 2015 à 176 TWh en 2016. Cette augmentation serait en particulier due au développement de l’éolien onshore et offshore et de la biomasse. D’après GRT, les recettes en bourse prévues devraient se réduire par rapport à l’année précédente et ainsi contribuer à une hausse du prélèvement EEG. Après déduction de ces recettes estimées, les coûts totaux s’élèvent à environ 23.1 milliards d’euros (21.394 en 2014). Cela correspond donc à un ‘prélèvement cadre’ (soit les dépenses moins les rentrées) de 6.4 ct/kWh, dont environ 2.6 ct/kWh attribués au photovoltaïque, 1.7 ct/kWh à la biomasse et 2 ct/kWh à l’éolien onshore et offshore. En plus de ce ‘prélèvement cadre’, il faut ajouter dans le calcul, la part dédiée à la réserve de liquidité, compensant les fluctuations sur le compte EEG, et celle du compte EEG. Le montant de ce dernier est passé de +1.4 milliards d’euros au 30 septembre 2014 à +2.5 milliards d’euros au 30 septembre 2015. D’après le syndicat allemand des professionnels de l’énergie et de la gestion de l’eau (BDEW), on ne pourrait cependant pas déduire de cette hausse modérée du prélèvement EEG, une tendance générale de l’évolution, à court-terme, du prix de l’électricité pour le consommateur final. D’autres paramètres influenceraient ce prix, comme les taxes nationales, les redevances et le tarif d’utilisation des réseaux. Ce dernier devrait, selon le BDEW, augmenter dans les prochaines années dans certaines régions de par la construction et le renforcement du réseau de distribution et de transport

Cet article, publié dans Electricité, Politique, Sources d'énergie renouvelables, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s