Nucléaire : les opposants harcèlent, jouent sur la peur, mais n’informent pas.

Cette fois c’est AVAAZ, un mouvement qui utilise Internet pour lancer régulièrement des pétitions pour des causes diverses, qui part en guerre. Une campagne est en cours pour s’opposer à la remise en service des centrales nucléaire de Tihange et de Doel en Belgique.

Quelques points de repères.

AVAAZ, une formule à succès.

La formule AVAAZ (www.avvaz.org) est un support logistique sur Internet au service de ceux qui veulent récolter beaucoup de signatures sous forme de pétition en faveur de causes diverses. Je ne connais pas assez AVAAZ pour avoir une opinion définitive sur le sérieux avec lequel AVAAZ choisit ses thèmes de combat. Sur le sujet de cet article, AVAAZ donne l’impression de céder au procès sommaire et de jouer sur les peurs instinctives pour inciter au lynchage populaire. De la complaisance pour un succès facile ?

 

Sur le fond (1) : la sécurité des réacteurs vieillissant.

C’est un thème récurrent du combat des opposants au nucléaire qui font état de graves fissures des cuves métalliques qui pourraient conduire à de « vrais Tchernobyl ». Bien sûr c’est une question très sérieuse qui doit être traitée en conséquence. Deux éléments essentiels : 1) la sécurité d’une technologie à risques n’est pas bonne ou mauvaise en soi. C’est l’usage qu’on en fait, donc « l’humain » derrière la machine, qui fait, ou ne fait pas la sécurité, et 2) en pratique «l’humain » signifie des exigences de sécurité bien faites et bien appliquées. Nous avons une législation en la matière très sévère et une Autorité de sécurité très compétente et rigoureuse (www.ifsn.ch ).

Cette question de fond a été traitée dans plusieurs articles précédents dont ce dernier : http://lesobservateurs.ch/2015/08/21/securite-de-beznau-le-jeu-avec-la-peur-continue/

 

Sur le fond (2) : quels experts croire ?

C’est une question par nature difficile, à laquelle il n’y a pas de recette simple, surtout pour le profane. Deux critères importants : 1) la compétence, l’expérience professionnelle des experts, 2) L’indépendance (qui les mandate, l’Etat, une ONG ou l’industrie ?).

On lira à ce sujet les propos très basiques sur bon fonctionnement du tandem décideur – expert, et sur les dérives de ce bon fonctionnement, formulés par Yves Bréchet (Académie des sciences françaises, Paris), voir : http://www.asmp.fr/travaux/colloques/2011_11_28_brechet.pdf )

Yves Bréchet fait en particulier le constat suivant : on abuse du terme expertise « indépendante ». Très souvent, surtout dans l’espace médiatique et politique, une expertise et reconnue « indépendante » lorsqu’elle est mandatée par une ONG, parce que l’ONG serait par nature indépendante. Ce qui n’est en général pas le cas : l’expertise est alors simplement complaisante et militante.

 

L’acharnement antinucléaire ne sévit pas qu’en Belgique.

Coïncidence du calendrier notre très sérieux quotidien Le Temps publiait le 24 janvier dernier un article http://www.letemps.ch/suisse/2016/01/24/un-rapport-demontre-faiblesses-centrale-beznau . Un article réquisitoireàcharge basé sur un rapport de l’ONG Wise, une ONG antinucléaire militante dont le siège est à Paris. On apprend par Le Temps que ce rapport WISE a été relayé par une ONG suisse, la Fondation suisse pour l’énergie (FSE – SES) auprès de la Commission de l’énergie du Conseil national qui siégeait les 25 et 26 janvier avec à l’ordre du jour la Transition énergétique, en particulier les modalités de prolongement, ou d’arrêt prématuré des centrales nucléaires suisses. Remarquons enfin que l’article du Temps rend compte du seul rapport WISE, sans aucune distance, sans analyse critique et sans consulter aucune autre source plus compétente.

 

Il y a d’autres médias et d’autres experts.

Signalons, sur le cas des réacteurs belges, une analyse beaucoup plus nuancée publiée le 1er octobre 2015 par le journal catholique français La Croix. Par ailleurs le Forum nucléaire suisse vient de publier une fiche de synthèse sur la sécurité des réacteurs suisses à la lumière des plus récents travaux de notre Inspectorat : http://www.nuklearforum.ch/sites/default/files/folder-pdf/160118_Faktenblatt_Sicherheit_f_light_0.pdf

 

 

 

 

Les experts restent malheureusement les grands absents de l’information et du débat.

Le contraste est extrême en matière de sécurité et de technologie à risque selon le cas débattu : dans le débat sur la sécurité des avions, à l’ex. du crash de l’Airbus des German Wings en 2015 (suicide du co-pilote), il n’y avait dans les médias que des pilotes, des experts de sécurité et des journalistes spécialisés. Dans le cas du nucléaire, vous souvenez-vous du dernier expert que ayez vu ou entendu ? Il n’y a que des politiques…

Voir cet autre article sur les Observateurs : http://lesobservateurs.ch/2015/04/04/nucleaire-et-aeronautique-pourquoi-une-telle-difference-de-qualite-du-debat/

 

 

Un conseil pratique.

Au citoyen prudent et attentif, soyez pour, soyez contre le nucléaire, mais soyez informé. Et si vous avez de la peine à savoir à qui accorder votre confiance, la clef est en vous : posez-vous simplement la question : que voulez-vous vraiment ? La sécurité du nucléaire ? Ou sa disparition ?

Si c’est la sécurité alors écoutez les professionnels et les experts : ils veulent la sécurité probablement encore plus que vous.

Si vous préférez la disparition du nucléaire, alors faites confiance aux opposants : c’est bien ce qu’ils veulent. Ils ne veulent pas la sécurité, ils ne la demandent en fait jamais. Pour une bonne raison : un nucléaire sûr serait une catastrophe pour les cotisations des ONG et les voix que peuvent faire les partis verts.

Si l’homme préhistorique avait suivi la mouvance anti-nucléaire, il aurait interdit le feu. Au lieu de le domestiquer.

(publié sur http://www.lesobservateurs.ch: http://lesobservateurs.ch/2016/01/28/nucleaire-les-opposants-harcelent-jouent-sur-la-peur-mais-ninforment-pas/ )

Jean-François Dupont / 28-01-2016

 

Cet article, publié dans Articles de presse, Energie et combustibles nucléaires, Politique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Nucléaire : les opposants harcèlent, jouent sur la peur, mais n’informent pas.

  1. Christophe de Reyff dit :

    Des politiques énergétiques divergentes…

    La même édition du Temps (25 janvier 2016) nous donne deux visions différentes de la transition énergétique. On y apprend que « la Chine change de régime énergétique et va devenir avant 2030 le leader mondial par ses capacités nucléaires installées », étant en train de construire 8 à 10 nouvelles centrales nucléaires par an !
    Rappelons que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit que le parc nucléaire mondial va plus que doubler d’ici 2050. Pendant ce temps, nos politiciens non seulement veulent interdire cette voie efficace et sûre de production d’une électricité abondante et constante, mais chipotent sur une durée d’exploitation maximale des réacteurs existants. Ils oublient que, selon l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN), la culture de la sûreté qui prévaut en Suisse a permis de multiplier par 100 le niveau de sûreté des plus anciennes centrales nucléaires du pays (Beznau et Mühleberg) depuis leur construction à la fin des années 1960.
    Oui, ces centrales sont plus sûres aujourd’hui qu’elles ne l’étaient lors de leur mise en service. Cela n’est pas étonnant, car des milliards ont été investis pour mettre à niveau les standards de sûreté et de sécurité au cours de décennies de vérifications, de modernisations et de rééquipements.
    Nos journaux lisent le rapport que la Fondation suisse de l’énergie a commandé à une agence de propagande, mais ignorent ceux que publient l’IFSN ou, du moins, n’en parlent jamais. Souhaitons qu’à Berne, nos députés sauront faire la part des choses et mettre leur confiance en priorité dans nos experts qui s’astreignent de façon permanente à la sûreté nucléaire du pays qui doit être vérifiée sans relâche ; cela est le fondement de notre culture suisse de la sûreté.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s