Qui veut investir dans les installations hydrauliques ?

EmossonDans le contexte du marché actuel, étant donné les faibles prix de l’énergie et du CO2, la rentabilité de
25 projets de grande hydraulique planifiés mais non encore réalisés n’est pas optimale. Ceci ressort d’une étude réalisée par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Le rendement d’une centrale hydraulique sur l’ensemble de sa durée de vie est d’environ 3%.

Plus de la moitié (statistique de l’électricité 2012: 58,7%) de l’électricité suisse est produite dans des centrales hydrauliques, cette électricité d’origine hydraulique provenant à plus de 90% de grandes centrales (puissance installée supérieure à 10 mégawatts). L’énergie hydraulique doit demeurer à l’avenir un pilier essentiel de l’approvisionnement suisse en électricité. Elle est renouvelable et locale. En raison des prix bas du CO2, du gaz et du charbon en Europe et aux Etats-Unis, aux surcapacités sur le ma
rché et aux subventions entraînant des distorsions, l’électricité est actuellement bon marché. Au cours des cinq dernières années, les prix de l’électricité sur les marchés européens ont chuté d’un niveau de plus de 70 EUR/MWh à près de 40 EUR/MWh aujourd’hui. Les prix à terme sur les bourses européennes de l’électricité ne dénotent aucun véritable redressement jusqu’en 2019.

La présente étude de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) illustre la situation difficile de l’énergie hydraulique et les problèmes actuels concernant les investissements en faveur de son développement. Les résultats de l’étude confirment l’évaluation actuelle de la branche énergétique.

  • Les coûts de revient des constructions nouvelles atteignent actuellement 14,1ct./kWh en moyenne, et sont ainsi plus élevés que ceux des installations de grande hydraulique existantes (5 à 6ct./kWh). Ces derniers se situent eux aussi au-dessus des prix actuels du marché de gros (près de 5 ct./kWh).
  • A l’exception d’un seul projet, les 25 projets du scénario de référence présentent pour le moment une valeur actualisée nette négative. Dans ce scénario, l’OFEN table toutefois sur un redressement des prix à un niveau de 9 à 11ct./kWh d’ici à2020. La Stratégie énergétique2050 se fonde également sur ces hypothèses.
  • Le rendement attendu d’une centrale hydraulique sur l’ensemble de sa durée de vie se monte à 3%(+/- 1%) en moyenne dans le scénario de référence et est donc inférieur au WACC de 4,63% (WACC: Weighted Average Cost of Capital, taux d’intérêt théorique).
  • Avec 1,4ct./kWh en moyenne, les redevances hydrauliques font aussi partie des coûts de revient et viennent s’ajouter aux coûts du capital et aux coûts des amortissements. Les producteurs d’électricité les versent aux communes et aux cantons qui en déterminent le montant en respectant le taux maximum de 100francs/kW de puissance brute fixé par la Confédération.

Il faut oeuvrer en priorité en faveur d’une correction des distorsions du marché observées en Europe. Etant donné que la situation actuelle du marché pénalise fortement non seulement la compétitivité de la grande hydraulique en Suisse, mais également dans les pays voisins, il convient d’agir de manière concertée. En outre, il n’est pas exclu que le prix des certificats d’émission de CO2 augmente dans l’UE, ce qui profiterait à l’énergie hydraulique comme aux autres énergies renouvelables.

Si des investissements dans la grande hydraulique doivent néanmoins être effectués rapidement dans le contexte défavorable du marché actuel, des mesures de soutien pour la grande hydraulique sont à envisager. Elles devraient agir au niveau des principales composantes des coûts de l’énergie hydraulique dont font partie les coûts élevés des investissements et les redevances hydrauliques. L’étude fournit une première analyse sommaire de modèles d’encouragement qui pourraient créer des incitations aux investissements. Aucun des instruments examinés ne se distingue comme particulièrement adapté à la grande hydraulique. Tous présentent, en plus de l’effet souhaité, des inconvénients et des risques importants, tels que des distorsions supplémentaires du marché, une pénalisation des technologies non subventionnées et des effets d’aubaine.

Deux autres études relatives aux centrales à pompage-turbinage et au stockage de l’énergie

L’OFEN publie deux autres études parallèlement à l’étude sur la grande hydraulique.

Bewertung von Pumpspeicherkraftwerken in der Schweiz im Rahmen der Energiestrategie 2050: Cette étude réalisée sur mandat de l’OFEN par Frontier Economics et swissQuant Group (2013) analyse les besoins de développement et la rentabilité des centrales à pompage-turbinage en Suisse (étude disponible uniquement en allemand, résumé en français).

Energiespeicher in der Schweiz: Bedarf, Wirtschaftlichkeit und Rahmenbedingungen im Kontext der Energiestrategie 2050: Cette étude réalisée sur mandat de l’OFEN par KEMA Consulting GmbH (2013) analyse la contribution potentielle, les coûts et la rentabilité des technologies de stockage (accumulateurs à air comprimé, batteries, power to gas, accumulateurs électrothermiques, pompage-turbinage), afin de restructurer l’approvisionnement en électricité dans le cadre de la Stratégie énergétique 2050 (étude disponible uniquement en allemand, résumé en français).

Les deux études montrent que le stockage de l’énergie présente des risques économiques à court terme (jusqu’en 2020). Une amélioration de la rentabilité se dessine à long terme (à partir de 2020 jusqu’en 2050), en raison du développement accru de l’énergie éolienne et du photovoltaïque et de la hausse de la volatilité des prix. Un recours à grande échelle à des accumulateurs d’énergie d’un nouveau genre semble judicieux après 2035. Il existe toutefois, en plus des technologies de stockage de l’énergie, d’autres possibilités d’intégration des énergies renouvelables (options de flexibilité), telles qu’une production axée sur les besoins, une flexibilisation de la charge ou de la transformation et de l’extension du réseau. Les études recommandent de créer des conditions de concurrence similaires pour toutes les options de flexibilité.

Annexes

  1. Perspektiven für die Grosswasserkraft in der Schweiz, OFEN, 2013 (étude disponible uniquement en allemand)
  2. Bewertung von Pumpspeicherkraftwerken in der Schweiz im Rahmen der Energiestrategie 2050, frontier economics et swissQuant Group, 2013 (étude disponible uniquement en allemand, résumé en français)
  3. Energiespeicher in der Schweiz: Bedarf, Wirtschaftlichkeit und Rahmenbedingungen im Kontext der Energiestrategie 2050, KEMA Consulting GmbH, 2013 (étude disponible uniquement en allemand, résumé en français)

Encadré: Méthode
Les données ont été rassemblées en collaboration avec l’Association suisse pour l’aménagement des eaux (ASAE) auprès de ses membres. Huit entreprises énergétiques suisses ont livré sur une base confidentielle les données relatives à des projets d’énergie hydraulique de leur portefeuille d’investissement. Ces huit entreprises énergétiques assurent ensemble près de 80% de la production suisse de grande hydraulique. L’OFEN et l’ASAE partent du principe qu’environ 80% des projets de grande hydraulique planifiés en Suisse sont ainsi répertoriés. Sur les 36 projets soumis, 25 ont été retenus dans le cadre de l’étude. Il n’a pas été tenu compte des projets se limitant à l’accumulation par pompage, des projets ayant droit à la RPC, des projets de rénovation sans hausse de la puissance ou de la production ainsi que des projets utilisant une section de cours d’eau plusieurs fois. Dans ce cas, seul le projet ayant la plus grande rentabilité a été pris en considération. La rentabilité des centrales hydrauliques existantes n’a pas non plus été examinée. Les projets ont ensuite été anonymisés et leur rentabilité a été examinée en appliquant une méthode uniforme, de manière à garantir une évaluation similaire des projets. Parmi les 25 projets analysés, on compte 16 centrales au fil de l’eau et 9 centrales à accumulation pour des investissements totaux avoisinant 6 milliards de francs. 12 sont des projets de construction nouvelle et 13 portent sur l’agrandissement d’installations existantes. Les 25 projets d’énergie hydraulique atteignent ensemble une production supplémentaire de 2617 GWh pour une puissance de 851 MW. Extrapolé à toute la Suisse, on obtient une production supplémentaire potentielle de près de 3270 GWh pour la grande hydraulique.

Source: OFEN 12.12.2013

 

Cet article, publié dans Articles de presse, Energie hydraulique, Production d'électricité, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Qui veut investir dans les installations hydrauliques ?

  1. safenergie dit :

    Pourquoi se priver du nucléaire pour étouffer avec le charbon ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s