Transition énergétique : le « cas » allemand…

Paysage-Libre Vaud a publié en 3 graphiques de quoi tirer les enseignements du cas allemand… [N.B. : les données actualisées entre crochets sont de notre initiative].

Transition énergétique : le « cas » allemand en 3 graphiques

1. Comment a évolué la puissance installée ?

▪ La puissance installée en Allemagne a presque doublé entre 2002 et 2017, pour attein- dre 200 GW mi-2017.
▪ L’augmentation est due à l’ajout de quelque 100 GW de renouvelables (photovoltaïque, éolien et un peu de biomasse, environ 7 GW). Cela a coûté environ 350 milliards d’euros d’investissements à ce jour.
▪ Le groupe « fossile » (gaz + fioul + charbon [anthracite et lignite]) a augmenté (74 à 83 GW), essentiellement à cause de l’ajout de centrales à gaz.
▪ Le nucléaire a diminué de moitié en 2011, avec l’arrêt immédiat de quelques centrales suite à Fukushima. [De fait la production d’électricité nucléaire est passée de 171,3 TWh, à son maximum en 2001 (29,3% du total), à 84,6 TWh (13,1% du total), soit moins que la moitié, en 2016. La part maximale du nucléaire avait atteint 30,8% en 1997].

2. Que produit cette puissance installée ?

Le tableau de la production est très différent. L’Allemagne ne produit pas beaucoup plus en 2016 [648,4 TWh] qu’en 2002 [586,7 TWh, soit +10,5%], malgré un quasi-doublement de la puissance installée.

Observations :
▪ Les mauvais facteurs de charge des puissances nouvellement installées (photo-voltaïque et éolien) versus facteur de charge élevé des « anciennes » centrales.
▪ Le groupe « nucléaire + fossile » produit toujours [432,5 TWh] (grosso modo les deux tiers du total [de 648,4 TWh]), on est donc très loin de la « sortie »…
▪ Le groupe « fossile » a produit en 2016 [347,9 TWh (anthracite et lignite seuls 261,5 TWh), soit 53,6% du total], à comparer à [357,6 TWh (anthracite et lignite seuls 292,6 TWh)] en 2002 [, soit 60,9% du total]. Le « gain » sur le fossile est donc marginal [(−9.7 TWh, ou 2,7% de moins), soit un recul de 7,3% dans le total].
▪ À noter l’intéressante performance de la biomasse, qui avec une puissance installée de 7 GW a produit [45,6 TWh] en 2016, en ruban [facteur de charge de 74%]. Le photo-voltaïque, avec une puissance installée de 41,5 GW (6 fois plus que la biomasse) n’a produit « que » [38,2 TWh (facteur de charge moyen de 10,5%), et l’éolien, avec une puissance installée de 50 GW à fin 2016, a produit 77,4 TWh (facteur de charge moyen de 17,6%). Tous les renouvelables représentent 29,0% du total en 2016, comme en 2015 (hydro-électricité 3,2%, biomasse 7,0%, PV 5,9%, éolien 11,9% et déchets ménagers 0,9%), contre 7,9% en 2002].
▪ En 2016, l’exportation nette s’est soldée à [53,7 TWh], soit environ [8,3%] de la production totale [de 648,4 TWh], en forte tendance à la hausse depuis 2011 [6,3 TWh]. Autrement dit, presque la moitié de la production éolienne et solaire [115,6 TWh] repart à l’export.

3. Pourquoi ne pas arrêter les anciennes centrales (fossiles et nucléaires) ?

Il faut passer à l’image dynamique (ci-dessous janvier 2017). Dans les plages en rouge, la production photovoltaïque et éolienne arrive presque à zéro (malgré 92 GW de puissance installée !). Il faut donc « autre chose » pour couvrir les 70 à 80 GW de puissance appelée.
C’est pourquoi on ne peut pas mettre hors service les centrales fossiles, sinon c’est le black-out (il ne resterait qu’environ 10 GW de biomasse et d’hydro[électricité]).

4. Enseignements à tirer du cas allemand :

  • Les renouvelables intermittents ne remplacent pas la production en ruban conven-tionnelle. Ces installations viennent donc pour l’essentiel « en plus » plutôt qu’en substitution.
  • L’immense effort de construction des renouvelables se solde par un gain marginal sur le fossile et par un arrêt très partiel du nucléaire, cela avec un coût d’investisse- ment de l’ordre de 350 milliards d’euros à ce jour et un doublement des factures d’électricités allemandes pour les privés et les PME.
  • L’intermittence induite ne s’atténue pas avec l’ajout des puissances installées renouve- lables. Les « zéros » restent (il y aura toujours des nuits sans soleil et sans vent…) et les pics s’accentuent. Le besoin de back-up (centrales thermiques fournissant une énergie dite de réglage) reste alors que la gestion des pointes devient de plus en plus probléma-tique.
  •  Sans stockage de masse, non disponible à ce jour, la substitution du nucléaire et du fossile par l’éolien et le photovoltaïque n’est pas possible.
  • La substitution est par contre possible par la biomasse, mais pas dans les quantités requises (le potentiel de la biomasse est quasi épuisé en Allemagne, il n’y a presque plus d’ajout d’installations).
  • En Suisse, le problème est moins aigu qu’en Allemagne, grâce à l’hydraulique. Toute- fois, l’excédent estival du photovoltaïque ne peut pas (avec les techniques actuellement disponibles) être stocké pour compenser le déficit hivernal, lui fortement accentué par l’arrêt du nucléaire (3 GW de ruban qui manqueront…).

Pour aller plus loin : https://jancovici.com/transition-energetique/choix-de-societe/vers-quoi-lallemagne- transitionne-t-elle-exactement/

Bottens, mai 2017

Paysage-Libre Vaud − Groupe technique

Secrétariat : Paysage-Libre Vaud, Chemin de Mandou 5 – CH-1041 Bottens
info@plvd.chhttp://www.plvd.ch – Tél : + 41 (21) 881 37 53

 

Cet article, publié dans Articles de presse, Politique, SE2050 - Vote 21 mai 2017, Sources d'énergie renouvelables, Stratégie Energétique 2050 - Vote 21 mai 2017, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Transition énergétique : le « cas » allemand…

  1. Markus Saurer dit :

    Superbe !

  2. Très heureux de constater par ces graphiques que, à partir de 2011 en Allemagne, malgré la « sortie » du nucléaire que l’on nous cite toujours comme exemple, sa part résiduelle demeure importante, semblable à celle du « Braunkohle », ceci malgré (et aussi « à cause » de l’éolien qui est intermittent…
    Félicitations au groupe technique de « Paysage libre Vaud » pour cette présentation claire et chiffrée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s