Stockage de l’électricité

Emosson

De nouvelles formes de stockage d’électricité existeront qui – selon une lettre de lecteur de M. Serge Ansermet, ancien secrétaire du WWF Vaud, parue dans Le Temps du 21 mars – deviendraient moins coûteuses que nos barrages. Il faut se confronter aux chiffres pour relativiser ces dires.

Rappelons (chiffres arrondis de l’année hydraulique 2013/14 et de l’année hydraulique 2014/15) que 56% (34 TWh, ou milliards de kWh) de la consommation annuelle brute d’électricité en Suisse (62 TWh) a lieu en hiver, une part qui est couverte à 41%, soit 14 TWh par nos centrales nucléaires, celles-ci assurant la demande de base (ou en ruban) avec une puissance de 3,3 GW, mais les 17 TWh de nos centrales hydrauliques sont en majeure partie exportés en énergie de pointe vendue chèrement à l’Italie principalement puisqu’on exporte 19 TWh en hiver ; il nous faut donc importer 20 TWh pour compléter et assurer la consommation du Pays de 34 TWh en hiver :

                          HIVER 2013/14     ÉTÉ  2014    TOTAL            HIVER 2014/15     ÉTÉ 2015     TOTAL
HYDRO                          17                      22                   39                              18                    22                       40
NUCLÉAIRE                14                      12                    26                              14                    10                       24
AUTRES                          2                         2                      4                                2                       2                         4
TOTAL BRUT             33                      36                   69                              34                     34                      69
POMPAGE                    -1                        -2                     -3                              -1                       -2                       -3
TOTAL NET                32                      34                    67                             34                      33                       66
EXPORT NET            -19                    -23                  -42                            -20                    -24                     -44
CONSOMMATION
PART NATIONALE  14                       11                    25                             14                        8                        22
IMPORT NET             20                      17                    37                             21                       20                       41
CONSOMMATION
BRUTE                         34                      28                   62                             34                      28                        63
PERTES                        -2                       -2                    -4                              -2                       -2                         -4
CONSOMMATION
NETTE                          32                      26                   58                            32                        26                       58

Si la part nucléaire venait à être supprimée, il faudrait que les nouvelles sources d’énergie renouvelables prévues par la Stratégie énergétique 2050 (éolien et surtout photovoltaïque), principalement actives pour les 2/3 de leur production en été, produisent en été non seulement de quoi remplacer les 12 TWh produits actuellement par les centrales nucléaires durant cette saison, mais, en plus, un excès à stocker sous une forme ou une autre pour pouvoir l’utiliser en hiver. Il s’agirait donc de stocker, par exemple, au moins de quoi produire par turbinage l’équivalent des 14 TWh du nucléaire d’hiver qui serait manquant. Avec 80% de conversions du pompage-turbinage, il s’agirait de stocker par pompage 17,5 TWh. Cela représente neuf fois la capacité de la Grande Dixence, une installation qu’il ne semble pas possible de répliquer en Suisse.

Venons-en aux autres formes proposées. Imaginons la mise en œuvre de futures batteries, parmi les meilleures possibles, celles au lithium-air (ou lithium-oxygène), ayant une capacité (purement théorique) très élevée de 12 kWh par kg de lithium, mais pratiquement de 5 kWh/kg. On n’en est pas encore là : entre 1,7 et 2,4 kWh/kg à ce jour. Pour stocker un seul TWh, avec la capacité théorique, il faudrait 83’000 tonnes de lithium, soit un volume de 156’000 m3. Pour les 14 TWh à retrouver en hiver, ce serait un volume de 2,2 millions de m3, ou un cube de 130 m de côté, soit une masse de 1,2 million de tonnes de lithium pur. Cela représente 35 fois la production mondiale annuelle de lithium qui est de 34’000 tonnes. Et ne parlons pas du prix ! Pour information, la tonne de lithium métal coûte actuellement 270’000 USD. Chacun peut faire la multiplication…

Christophe de Reyff

(mise à jour du 30 juin 2016)

Cet article a été publié dans Politique, Stockage d'électricité. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Stockage de l’électricité

  1. Ping : ClubEnergie2051.ch recommande de voter non à la Stratégie 2051 le 21 mai 2017. Les arguments en bref. | clubenergie2051.ch

  2. Michel dit :

    Les faits sont obstinés …
    Cela n’empêche pas des ingénus de croire ce qu’ils désirent : une solution simple au problème compliqué des énergies intermittentes.
    Autre aspect toujours ignoré : stocker et restituer de l’énergie passe toujours par des pertes. Il faut donc produire encore plus pour gagner moins. Elles sont de l’ordre de 10-20% dans l’hydraulique et beaucoup plus dans le thermique. Pour les grosses batteries rechargeables, si elles se développent à l’échelle du GWh, il faudra prévoir de grandes surfaces de refroidissement..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s