Le naufrage programmé de la nouvelle loi fédérale sur l’énergie (LEne)

M. André Bovay, physicien, maintenant à la retraite, a publié ce très bon article sous la rubrique « Débats » dans Le Temps du 26 avril 2017. On le trouve aussi sur son blog. Nous le redonnons ici pour nos lecteurs.

Il semble extraordinaire que le gouvernement fédéral, puis les gouvernements cantonaux, et par la suite leurs parlements, ne se soient pas aperçus que les propositions contenues dans la stratégie énergétique, dans la loi LEne, ne pouvaient physiquement pas fonctionner en Suisse ! Conséquence : il va falloir importer massivement de l’électricité, sitôt les usines électro-nucléaires arrêtées, sous peine de black-outs répétés (pannes totales d’électricité, de téléphone et d’internet). Que ce soit en 2020 déjà, on entrera dans la même zone de turbulences que l’Europe fortement dotée d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques ; quant à prédire ce qui va se passer d’ici 2040 ou 2050, c’est intellectuel- lement malhonnête et financièrement farfelu.

On peut attribuer au manque de culture scientifique et technique des autorités pareil cafouillage : les responsables ont manifestement perdu le contrôle de leur Département ; le mal a été décelé par des experts indépendants dès 2011, sans qu’il y ait eu de réactions officielles adéquates.

Il y a pire : on s’aperçoit que, dans le public, à part ces rares experts, ceux qui ont eu une formation scientifique ou technique ne se sont pas donné la peine d’appliquer les lois de la physique élémentaire : le temps joue un rôle décisif, à inclure dans des calculs ; il ne suffit pas d’énumérer des sources d’énergie, renouvelables ou non, puis d’énumérer des moyens d’accumulation théoriquement disponibles pour compenser leur intermittence, pour que la chose soit faisable ; on doit aussi calculer les quantités de métaux spéciaux nécessaires pour des batteries, par exemple. De plus, on trouve dans les préparatifs concernant l’éner- gie éolienne, des erreurs de calculs de plus de 4 ordres de grandeur, sans que les respon- sables aient fourni d’explications ou aient rectifié leurs données.

L’étude technique soignée, en détail, de l’ensemble des propositions contenues dans les préparatifs de la LEne, spécialement dans le domaine critique de l’électricité, a mis au jour les motifs du désastre : entre les quantités qui semblaient jouer, mais des moyens d’accumulation matériellement hors situation (ce qui a rendu invalides les simulations du système électrique futur), mais aussi de fausses pistes comme l’hydrogène ou la géother- mie profonde.

On aurait pu aussi vérifier quelle était exactement la nocivité de la radioactivité, vérifier si la peur du nucléaire était justifiée : la découverte en 2010 d’une fraude scientifique ancien- ne dans ce domaine a révélé l’existence de seuils et démontré une exagération des normes de radioprotection. Le Conseil fédéral aurait pu être rassurant, mais il n’a rien dit …

D’autre part, il y a plus de 20 ans qu’on sait comment détruire les déchets nucléaires (gorgés d’énergie, ils en contiennent pour au moins un siècle) ; or il s’agit d’une tâche sous strict contrôle étatique, les développements nucléaires devant rester civils ; il y a eu manque de volonté politique du Conseil fédéral pour procéder au développement de réacteurs à onde de combustion nucléaire – au lieu d’enterrer à grands frais ces déchets.

La stratégie énergétique suisse, telle qu’elle nous est présentée par la LEne, contient une forte dépendance vis-à-vis de nos voisins allemands et français (car nous ne voulons sur notre sol plus d’usines électro-nucléaires, ni les polluantes usines électriques à charbon, ni les onéreuses usines à gaz) ; il n’est pas du tout exclu que l’Europe ait subitement, lors d’un méchant hiver, des pannes d’électricité nombreuses et sévères, la Suisse devant alors se débrouiller.

Il coule de source qu’un violent dérapage financier va accompagner en Suisse des processus physiquement bancals, comme en Allemagne ou comme en Australie du Sud : l’électricité qui fonctionnera mal − sans usines thermiques ou si les importations cossues devaient tarir − deviendra un fléau pour des postes de travail, très informatisés en Suisse.

Pour ce qui est des autres domaines de l’énergie, les économies de chaleur sont rentables : il n’y a donc pas besoin de nouvelle loi pour encourager le peuple suisse à les faire ; mais les Communes et les Cantons devront jouer mieux leur rôle en délivrant des permis de construire exigeant 100% de fourniture solaire (chauffage + eau chaude).

On ne peut raisonnablement, hélas, que voter NON à la LEne le 21 mai.

Documentation :
Blog indépendant romand « Toutes les énergies », sur le site http://www.entrelemanetjura.ch
Blog et site indépendant http://www.clubenergie2051.ch
André Bovay-Rohr, physicien, Colombier-sur-Morges, le 13 mars 2017, rév. 18 avril 2017

Cet article, publié dans Articles de presse, SE2050 - Vote 21 mai 2017, Stratégie Energétique 2050 - Vote 21 mai 2017, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s