Ultime message de energiesuisse.net

Logo neu good

Le 16 mai 2017

Cher lecteur,

Comment se décider pour le vote de dimanche prochain sur la nouvelle loi énergétique ? Les citoyens ont entendu les arguments des uns et des autres : les industriels pour, les industriels contre − les écolos pour, les écolos contre − les chrétiens pour, les chrétiens contre − les femmes pour, les femmes contre – les PME pour, les PME contre − ceux qui veulent la nationalisation de la branche électrique, et ceux qui voudraient plus de marché dans le domaine de l’énergie.

Et il y a ceux qui pensent pouvoir sortir du nucléaire en approuvant la loi. Encore faut-il rappeler qu’en votant oui ou non à la loi le 21 mai, la sortie n’interviendrait que vers 2050. La nouvelle loi va bien sûr rendre impossible tout de suite la construction de centrales de remplacement. Alors que la présente loi nucléaire de 2005 prévoit − plus démocratiquement − de soumettre au Peuple par référendum toute demande éventuelle de construction. La Conseillère fédérale Doris Leuthard, juriste, ne souhaite pas que cette disposition juridique contraignante déjà en vigueur ne soit trop connue. Le fait est qu’un NON à la loi ne donne aucun feu vert institutionnel à de nouvelles centrales, contrairement à ce que l’on peut entendre de la bouche même de Mme Leuthard dans l’agitation de la campagne.

Force est de constater que la nouvelle loi énergétique dépasse en complexité celle de la fiscalité des entreprises rejetée par le Peuple en février dernier. Car, la nouvelle loi sur l’énergie n’est malheureusement qu’un vaste bricolage d’imbroglios administratifs et prescriptifs, de propositions mal ficelées qui ignorent les réalités techniques du domaine de l’électricité, cette électricité particulièrement importante au fonctionnement de notre société. Face aux butoirs techniques, météorologiques et économiques associés au développement trop rapide des énergies renouvelables, les protagonistes choisissent la fuite en avant : « Le stockage de grandes quantités d’électricité sera l’affaire de la prochaine génération », dit le Conseiller national socialiste Eric Nussbaumer. C’est demander un chèque en blanc.

Face aux risques encourus par une préparation inachevée et trop hâtive, de nombreuses personnes pensent que la loi énergétique fédérale maintenant proposée doit être refaite − après le rejet de la loi actuelle (dont certains éléments seraient bien sûr repris). L’ancien Conseiller fédéral Pascal Couchepin l’a écrit récemment : « Il faut remettre l’ouvrage sur le métier, réduire la voilure et viser sobrement à l’essentiel ». La grande association faitière des gestionnaires suisses des réseaux de distribution (DSV, avec deux millions de clients) en dit tout autant : « C’est un appel à la Confédération de présenter un projet énergétique plus équilibré. Le DSV s’attend à ce que la Confédération choisisse des objectifs et les conditions-cadres plus appropriés, et qu’elle en laisse la réalisation à la branche électrique. En route vers une stratégie énergétique n° 2 ! ». Cette seconde stratégie existe, elle attend dans les tiroirs.

Comme dans le cas de la loi sur la fiscalité des entreprises, ce n’est qu’après le rejet de la première mouture par le Peuple que le vrai travail pourrait commencer pour analyser et expliquer la réalité des choses et pour trouver des solutions pragmatiques à même d’assurer un approvisionnement énergétique de la Suisse stable, sûr et respectueux de l’environnement.

Reculer pour mieux sauter, en disant NON au projet de loi du 21 mai. Et après, remettre l’ouvrage sur le métier.

 

Avec mes cordiales salutations

1 PELLAUD

Bruno Pellaud

Vice-président du Comité de campagne «energiesuisse.net»
027 483 1173 – pellaud@bluewin.ch

 

Cet article a été publié dans Articles de presse, Politique, SE2050 - Vote 21 mai 2017, Stratégie Energétique 2050 - Vote 21 mai 2017. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Ultime message de energiesuisse.net

  1. Puissent les sages propos de M. Bruno Pellaud être entendus par la majorité de celles et ceux qui n’ont pas encore opté pour le NON ! C’est une évidence, mais qui a eu de la peine à convaincre les Suisses francophones, cela par les multiples aspects techniques et politiques qu’elle nécessite de comprendre. L’énergie électrique est l’aspect le plus complexe dans la future stratégie énergétique, parce que non stockable en grandes quantités pour le moment. Et l’éolien n’est en aucun cas la solution à favoriser.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s