« Les ingénieurs bâtissent notre avenir, pas les bureaucrates », une interview de Loïk Le Floch-Prigent

***

Le ClubEnergie2051 a reçu de The European Scientist l’autorisation de reprendre l’une ou l’autre de ses publications pouvant vous intéresser, chers lecteurs, du moins les premiers paragraphes, pour vous inciter à lire la suite sur son site Internet.

Nous reprenons ici le début d’un article publié le 13 juillet 2021 par European Scientist

***

À la fois ingénieur, dirigeant d’entreprise et auteur de plusieurs ouvrages, Loïk Le Floch-Prigent a accepté de répondre aux questions de Europeanscientist sur la politique scientifique européenne : rôle des ingénieurs, planisme bruxellois, fuite des cerveaux, transition énergétique, Covid et déclin cognitif… il aborde sans concession ces questions qui façonnent notre actualité et apparaissent comme autant de défis pour l’avenir du vieux continent. 

TheEuropeanScientist : Ayant dit des ingénieurs qu’ils sont les « intellectuels de l’agir technologique », le physicien Étienne Klein regrette qu’on ne les entende quasiment jamais s’exprimer dans les médias. Qu’en pense l’ingénieur de formation que vous êtes ?

Loïk Le Floch-Prigent : Les ingénieurs sont dans l’action, dans la recherche d’efficacité et de résultats, les médias communiquent essentiellement sur les intentions, les prévisions. Il y a beaucoup de déni de réalité dans les présentations actuelles et l’ingénieur est celui qui met le doigt là où cela fait mal, on ne favorise donc pas son expression. Dans le débat énergétique, par exemple, on considère que le stockage électrique est simplement un problème qui verra rapidement sa solution et l’ingénieur vient rappeler que les électrons en mouvement ne se stockent pas : il ennuie ainsi aussi bien le journaliste que l’auditeur, les deux ont envie qu’on ne leur enlève pas leurs rêves. À chaque fois qu’un ingénieur parle, il faut donc qu’il commence par la base de la démarche scientifique, l’observation de la réalité, et qu’il le fasse avec pédagogie pour ne pas repousser l’interlocuteur. L’auditoire n’est pas préparé à entendre ce que nous pouvons lui dire, il faut en tenir compte. …

Lire la suite

Cet article a été publié dans Articles de presse. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s