Argumentaire succinct contre la Stratégie énergétique 2050 – vote du 21 mai 2017

Version pdf de l’article :  argum_succint

Le Club-Energie.2051 recommande le REFUS de la nouvelle loi sur l’énergie, car elle ouvre des perspectives économiques et politiques néfastes pour l’approvisionnement de la Suisse en énergie. Suite à la décision précipitée du Conseil fédéral du 25 mai 2011 pour une sortie progressive de l’énergie nucléaire, l’Office fédéral de l’énergie a proposé, sous le nom de Stratégie énergétique 2050 (SE 2050), un ensemble de règlements, de subventions et d’interventions étatiques. L’acceptation de la nouvelle loi sur l’énergie le 21 mai prochain impliquerait un ensemble de mesures excessives et d’une efficacité incertaine qui entraîneraient de sérieuses conséquences pour notre Pays, car il s’agirait de :

  1. Réduire de 43 % la consommation énergétique moyenne par personne et par année d’ici 2035 par rapport à l’an 2000 (de 16% d’ici 2020 et de 54% d’ici 2050) et réduire de 13% la consommation électrique moyenne par personne et par année d’ici 2035 (de 3% d’ici 2020 et de 18% d’ici 2050) alors qu’une électrification accrue s’annonce dans les transports (voitures électriques), le chauffage (pompes à chaleur), dans le secteur des services et dans les technologies de l’information. Ces efforts de réduction seraient à charge des ménages et des PME. Fossile ou Electricité
  2. Accepter que ces objectifs à l’horizon 2050, proposés par le Conseil fédéral, ne soient pas accompagnés d’un plan de réalisation qui permette tant soit peu de chiffrer tous les coûts encourus par la stratégie choisie.lire plus lire encore plus sur les coûts
  3. Subventionner par le biais d’un encaissement de 2,3 ct/kWh sur la facture mensuelle des ménages et des PME la production de courant électrique renouvelable au rythme de 960 millions de francs par année, un courant qui valait ces derniers mois jusqu’à dix fois moins sur le marché européen.lire plus lire plus-2
  4. Se voir arbitrairement prescrire à quel moment utiliser quels appareils, p. ex., pour se chauffer ou se déplacer.
  5. Décider comment nos enfants et nos petits-enfants devront satisfaire demain leurs besoins énergétiques, cela en édictant dès aujourd’hui une interdiction a priori de technologie énergétique, en l’occurrence le nucléaire. lire plus lire encore plus lire encore plus-2 lire encore plus-3
  6. Accepter que les revenus des locataires et des petites PME soient ponctionnés par une rétribution sur l’énergie (RPC) imposée à tous par la Confédération, mais redistribuée au seul bénéfice des fabricants – en majorité étrangers –, des importateurs et des installateurs d’éoliennes et de panneaux solaires principalement.
  7. Accepter que la protection actuelle de la nature soit mise en question et que nos paysages soient défigurés par un bon millier d’éoliennes. lire plus lire encore plus
  8. Accepter que notre Pays dépende de plus en plus d’importations d’électricité en provenance de l’Union Européenne – il est patent que la composition de cette électricité est de moindre qualité que la nôtre (à cause de beaucoup de charbon) – alors que l’UE refuse d’intégrer notre réseau dans son cadre tant que la Suisse ne se plie pas à ses conditions politiques draconiennes.
  9. Accepter que la SE 2050 ne propose aucune amélioration à l’ouverture du marché de l’électricité, décidée en 2007 par notre gouvernement et mise en œuvre partiellement dès 2009, cela malgré le refus explicite du Peuple en 2002. Du fait de cet accès partiel au marché de l’UE, cette ouverture conduit à un dumping boursier qui pousse vers la faillite plusieurs grandes entreprises électriques et risque de provoquer la mise aux enchères à bas prix des grandes installations hydrauliques qui font notre fierté depuis plus de 60 ans et que le monde entier nous envie. lire plus

Ce sont là des conséquences concrètes pour notre Pays et donc pour chaque citoyen si le premier paquet de cette stratégie devait être accepté le 21 mai prochain. La Stratégie énergétique 2050 veut à la fois faire sortir la Suisse du nucléaire et satisfaire les strictes visées de réduction du CO2 en diminuant drastiquement notre consommation d’agents fossiles. Mais, paradoxalement, dans une plus large perspective, la loi va à l’encontre des engagements de la Suisse sur le dossier du réchauffement climatique ; elle va affaiblir – du fait de la nécessaire importation d’électricité d’origine fossile – sa position enviable actuelle de champion dans la production d’électricité nationale qui est d’une judicieuse composition à très faibles émissions de gaz carbonique. Le Conseil Mondial de l’Énergie a justement mis la Suisse en tête de son classement mondial pour son système énergétique. Les modifications fondamentales de ce dernier, telles que prévues par la SE 2050, conduiraient à un déclassement de la Suisse.

Inquiétant encore, il y a une grave entorse à la politique parlementaire : la nouvelle loi sur l’énergie (LEne) du 30 septembre 2016, soumise au référendum, se donne des objectifs énergétiques chiffrés à l’horizon 2050, sans que ne soit défini le financement de ce programme au-delà de 2025. En votant cette loi, le Parlement n’a donc pas fini son travail. Cette loi contredit ainsi une règle législative et démocratique fondamentale, celle du financement de toute loi approuvée par le Parlement lire plus. De fait, ce que le très critique Contrôle fédéral des finances propose pour le programme d’assainissement des bâtiments – « de retravailler complètement le modèle » – vaut pour toute la SE 2050 !

Alors que le système électrique suisse fonctionnait de façon très satisfaisante depuis des décennies et de manière rentable, on irait dès lors vers une double peine : en effet la SE 2050 menace à la fois de dégrader notre sécurité d’approvisionnement et de conduire à une facture très élevée. Ce sont là de bonnes raisons de voter NON à la LEne le 21 mai 2017 afin de ne pas précipiter le Pays dans un inconnu dommageable pour tous. Pour germanophone : un texte d’E. Kiener, ancien directeur du BFE/OFEN

Plus de détails sur notre site Internet : https://clubenergie2051.ch/category/strategie-energetique-2050-vote-21-mai-2017/

Cet article a été publié dans Politique, Stratégie Energétique 2050 - Vote 21 mai 2017. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Argumentaire succinct contre la Stratégie énergétique 2050 – vote du 21 mai 2017

  1. Mais qui va seulement lire ces explications? Dans le fascicule de vote, on decouvre que le texte soumis au vote fait 60 pages!!!
    Encore une fois, les gens confondent votation et sondage d’opinion. On ne demande pas si on est pour ou contre le nucléaire mais si on accepte cette (très mauvaise) loi …

    Ce sera probablement un oui. Et quand les gens decouvriront qu’ils se sont fait avoir, une fois de plus j’ai envie de dire, ce sera trop tard.

    La mise en application de la loi sur l’assurance maternité a pris le temps qu’on sait. Je prends, sans aucun risque, le pari que les articles 10 à 14 mettront moins d’une annee à être utilisé pour justifier les parcs éoliens…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s